SoutenanceRecherche

Soutenance de thèse Elise ALFIERI

le 22 novembre 2019
9h30
Elise ALFIERI soutient sa thèse de doctorat en sciences de gestion

Cryptomonnaies et efficience des marchés

Les innovations apportées par les cryptomonnaies et leur technologie sous-jacente, la blockchain, ouvrent de nouvelles voies de recherches en finance. Cette thèse de doctorat est composée de trois essais portant sur les cryptomonnaies et est centrée autour de la notion d’efficience informationnelle des marchés. La première étude vise à expliquer comment la blockchain, développée au sein de communautés informelles, est adoptée et intégrée par les organisations. Cette étude apporte un cadre théorique à la technologie blockchain, cadre qui s’appuie sur les approches contractuelle et cognitive de la théorie des organisations. Grâce à une revue de la littérature illustrée, une analyse à deux dimensions présente les possibles utilisations de la blockchain fondées sur l’accès à l’information pour les participants. L’objectif de la seconde étude est double. Premièrement, elle soulève la problématique de la réelle nature du Bitcoin. Après avoir comparé le Bitcoin aux monnaies, à l’or et aux actions, nous basons notre analyse sur l’hypothèse que les cryptomonnaies peuvent être assimilées aux actions. Deuxièmement, la performance financière (la rentabilité ajustée au risque) du Bitcoin est mesurée en utilisant des modèles traditionnels tels que le MEDAF et le model de Fama-French à trois facteurs. Nous trouvons que l’intégration du Bitcoin dans un portefeuille améliore considérablement sa diversification, tout en apportant des rentabilités ajustées au risque positives et significatives dans le monde, l’Europe et l’Asie-Pacifique. La forte volatilité du Bitcoin ainsi que sa haute performance nous conduisent à analyser le caractère de bulle spéculative des cryptomonnaies, ce qui est l'objet de la troisième étude. Nous analysons cet aspect en utilisant le modèle PSY de Phillips and Shi, 2018. Deuxièmement, nous analysons le plus important pic/éclatement du marché des cryptomonnaies à la fin des années 2017 à l’aide du modèle LPPL (Log Periodic Power Law). Les résultats suggèrent des périodes de bulles avec effet de contagion entre les cryptomonnaies. Les analyses théoriques et empiriques de cette thèse contribuent à la littérature académique sur les cryptomonnaies. Nos résultats sont également importants pour les entreprises et pour les investisseurs qui s’intéressent au potentiel des cryptomonnaies et de la blockchain, ainsi que pour les décideurs politiques responsables de leur régulation.

Thèse dirigée par Radu BURLACU et Co-dirigée par Geoffroy ENJOLRAS , Professeurs des Universités à Grenoble IAE,
préparée au sein du laboratoire CERAG et inscrite à l’Ecole Doctorale Sciences de Gestion.

Cette actualité est republiée à partir du site du CERAG. Lire l'actualité originale.

Localisation

RDC CERAG,
150 rue de la Chimie, domaine universitaire
Mis à jour le  19 novembre 2019